Actualités
Quelques nouvelles de la vie de l' association depuis notre Assemblée Générale du 25 Avril et la dernière lettre d'information de Janvier 2018.

Nous avions décidé d'élargir notre accueil aussi bien concernant l'origine géographique des familles que leur situation vis-à-vis de l'administration.
La réalité nous a amenés à évoluer, en particulier par rapport à la situation des familles. Nous avons accueilli 2 familles déboutées de l'OFPRA malgré un recours auprès de la cour nationale du droit d' asile. Leur situation a évolué différemment. L’une a obtenu son statut de réfugié et son intégration suit son cours. Par contre l'autre, malgré tous ses recours et les diverses interventions, n’a pas vu sa situation évoluer et il n'y a guère d'espoir. Craignant une intervention répressive, la famille a préféré s'enfuir et nous n'avons plus de nouvelles.
Pour nous la question est dramatique : pouvons nous refuser l'accueil des "sans papiers" ? A priori, non – mais tant qu'ils sont dans cette situation, ils sont financièrement totalement à notre charge, soit environ 1000€ par mois. Nous ne pouvons le supporter que pour une période limitée. Que faire après ce délai si la situation n'a pas évolué ? Humainement, il est très difficile de renvoyer ces familles "à la rue". Alors comment faire ?
A contre-cœur, nous avons décidé que, pour l'instant, nous n' accepterions d'accompagner des familles de "sans papiers" que si leurs chances de régularisation semblent réelles . Tout ceci pour vous montrer que malgré notre désir d'aider, la réalité est têtue et nous entrave.

Globalement où en sommes nous ?
La famille Hadaya continue son intégration. Leith, le père, est toujours sous contrat avec la régie de quartier et les enfants suivent une scolarité normale.
Pour la famille Al Aya, dans le cadre du rapprochement familial, la maman a pu rejoindre son mari et son fils. Bahem est moins seul et Maher a enfin pu revoir sa mère après 6 ans de séparation. Il a obtenu un CDI comme ingénieur chez de Sangosse à Pont du Casse.
La famille Salym, originaire d'Ukraine, a obtenu son statut de réfugiée, et le père a pu signer un CDI de soudeur dans une entreprise locale. Ils viennent d'accueillir un nouvel enfant. Leur objectif maintenant, est de pouvoir acheter et aménager une maison.
Méda Kanda, de la république du Congo, a elle aussi obtenu son statut de réfugiée. Son mari, réfugié en Angleterre, préfère y rester pour l'instant et vient voir régulièrement sa famille à Agen.
La famille Jelelati , qui avait loué un appartement près de la gendarmerie, nous a quittés pour rejoindre Paris.
Enfin , depuis le 7 Octobre , nous accueillons une nouvelle famille syrienne dans le cadre des couloirs humanitaires. Les parents ont commencé l'apprentissage du français, et les 3 enfants (2 filles et 1 garçon) sont scolarisés. L'accompagnement se met en place avec l'aide de plusieurs interprètes car ils ne parlent qu'arabe, ce qui ne facilite pas la communication. C'est une famille très agréable et souriante, très contente d'être en France et libre, après 4 ans dans un camp au Liban.
En plus de cet accueil direct des familles, nous sommes amenés à intervenir, au cas par cas, pour aider à l'accueil, sollicités par des particuliers, des collectivités , des associations ou des collectifs.
Voilà ce qui est des familles. Dans notre dernière lettre nous vous parlions d’une collaboration avec la section BTS communication de Palissy pour la mise en place d'un site internet. Pour diverses raisons cette collaboration n'a pas pu se concrétiser, mais le relais a été pris par l' école supérieure d'informatique IN' TECH Sud et le site que vous avez sous les yeux a été réalisé par trois de ses étudiants, Alizée, Alexis et Valentin, que nous remercions de tout coeur pour leur travail soigneux et efficace !

Compte tenu de la charte mise en place qui laisse chacun libre de participer ou non à une action, nous avons décidé d'adhérer au collectif Migrants47 (qui regroupe d'autres associations locales d'aide aux migrants: RESF47, Cimade, ACAT, pastorale des migrants, etc).
Enfin des négociations sont en cours avec l’évêché catholique d'Agen pour une intensification de sa participation à l'accueil des migrants.

En conclusion , nous vous renouvelons notre appel pour nous aider à élargir le public des donateurs car sans eux nous ne pouvons rien faire… Merci d'avance !
Actu 3
Actu 4
Bienvenue